Couleurs Caraïbes

Revue créole

Aux Antilles, la musique comme la danse sont liés à la tradition.

On peut entendre par là que, dans les Caraïbes, héritière d’une histoire difficile, la musique et la danse ont permis

une forme de résilience et l’oubli d’un quotidien douloureux, et contribué à une reconstruction sociale et culturelle

après le temps de l’esclavage.

Comme la langue, on peut dire que la musique est créole, fruit du métissage des musiques européennes et

africaines. Car les pays colonisateurs apportent dans leurs malles les modes musicales européennes, mélodies et

rythmes français, anglais, espagnols vont rencontrer les traditions musicales et chorégraphiques africaines.

L'entre deux guerres voit naître la biguine, influencée par le rythme des orchestres de jazz de la Nouvelle Orléans.

Plus tard le zouk va devenir, à partir des années 80, la musique antillaise par définition.

En Guadeloupe, on ne peut parler de musique traditionnelle sans évoquer le Gwo ka qui trouve ses origines au

temps de l’esclavage. C’est autour du tambour nait la tradition du Gwo ka, qui réunit chant, danse et musique.

Le spectacle Couleurs Caraïbes, tout en costumes, prend la route à travers îles…

zouk et mazurka de la Martinique, tambours Gwo-ka de la Guadeloupe ,

sonorités métallique des steel-drums, orchestre de bidons de Trinidad et Tobago

danse du limbo –danse acrobatique sous des barres de feu - et grand carnaval Antillais au final !

6 à 20 danseurs / danseuses sur scène