Vive le XXème siècle !

Des années folles au rock’n’roll, ou la traversée du siècle en chansons et en danses.

1900, les femmes sont coquettes, poudrées, coquines parfois. Pourtant de longues robes aux cols serrés leur

donnent un air encore un peu rigide sur une danse raffinée, la mazurka.

Mais la Vie Parisienne ne s’arrête pas là ! Sur les musiques d’Offenbach, quand nos p'tites femmes populaires

décident de s’amuser – et qui n’ont pas peur d’être légères avec leurs dessous affriolants - c’est le (french)

cancan !

Bien vite, après guerre, on dénude les épaules, on découvre les guibolles, ça sautille, ça rigole, ce sont Les

Années Folles avec le charleston.

Mais le cœur a ses faiblesses, tristesse des hommes en détresse …

Si le blues

débarque avec les G.I. leurs orchestres d’Outre-Atlantique swinguent sur des tempi nouveaux, on oublie tous nos

peines, tous nos maux dans la nouvelle alchimie du Boogie Woogie.

De ce côté-ci de l’Atlantique, Edith Piaf dédie son hymne à l’amour lorsqu’elle ne voit pas la Vie en Rose.

Et les allers retours sont incessants !

Percussions et déhanchements dans les Caraïbes apportent bientôt chachacha et mambo.

A l’heure de la famille modèle et des machines à laver, les blousons noirs rebelles ne sont pas d’accord avec une

société trop conformiste et matérielle, place à la fureur de vivre et vive Le rock and roll !

Puis vient le temps du soft power.

Quête d’un monde meilleur et moins violent, c’est le temps du Peace & Love, de la Pop Music et des paradis

psychédéliques.

Pour finir, les fils d’esclaves, après avoir inventé le blues, longtemps bâillonnés et humiliés, trouvent leur

délivrance en musique le Rythm & Blues. Tina Turner ! James Brown ! Combien de divas et seigneurs du genre !

We will (certainly) survive…

Enfin, avec Donna Summer, le Disco est né… qui va influencer à son tour un certain Claude François dans nos

contrées 

5 à 8 danseurs sur scène + 1 chanteuse